Le street-art, ou art urbain, mouvement

artistique contemporain englobe toutes

 les formes d’art réalisé dans la rue,

 dans les lieux publics, sur les murs,

 les portes, les trottoirs, et utilise différentes méthodes telles que le graffiti, le pochoir,

les stickers, les posters,

les découpages, la céramique, etc.

Le terme est utilisé afin de différencier

une forme artistique d’un mouvement territorial ponctué de vandalisme

et d’illégalité. Il n’est pas toujours légal,

mais sa valeur artistique est incontestable. L’art urbain est né d’une volonté d’expression d’une générationpour laquelle se rendre visible au plus grand nombre,

laisser sa signature visuelle, en transgressant les lois et les règles communes,

est une manière d’exister,

d’être dans la société.

Le street art est un puissant

 outil de contestation, de provocation

et de subversion. Les street artistes

exposent tous dans la même galerie : la rue.

Je me suis « perdue » dans les rues

de Tel Aviv, Jérusalem et Haïfa,

le nez en l’air, à la découverte des murs,

des portes, des bâtiments abandonnés,

des œuvres éphémères

des street artistes israéliens et étrangers, anonymes, connus ou reconnus.

Les Street artistes israéliens : Dede, Latzi, Know Hope, Klone, Foma, Smig, Signer, Afk, Sboy, Roz Plasma, Jack TML, Mr Leaf, Bazooka Joe, Damian Tab, Wonky Monky, Signor Gi Art, Xeast, ARC DLP, Sened, Broken Fingaz, Maya Gelfman, La poète Nitzan Mintz… 

STREET ART, ISRAEL